Expérimentation « Professionnels intéressés par les pédagogies coopérative et institutionnelle », Gennevilliers, 23 et 24 avril 2018

L’expérimentation « Professionnels intéressés par les pédagogies coopérative et institutionnelle » de la semaine scientifique « Recherche avec 2018 » s’est tenue les lundi 23 et mardi 24 avril à Gennevilliers, sur le site universitaire (Université de Cergy-Pontoise). Elle a réuni des enseignants et chercheurs impliqués dans des pratiques de pédagogies alternatives, coopérative et institutionnelle à l’école primaire, dans des collèges ou lycées et à l’université.

Le lundi matin, Katia Thuilot, doctorante au laboratoire EMA, a précisé les spécificités du pédagogue. Puis à travers des extraits de films, elle a montré en quoi consistait la notion centrale de moment pédagogique (Meirieu). Gudiel Castellou, professeur des écoles pratiquant la pédagogie institutionnelle dans une classe de CM située à Paris en milieu populaire, a décrit très précisément comment l’usage de la monnaie de classe articulé aux ceintures d’autonomie permettait à ses élèves d’apprendre à grandir dans un collectif. Clémence Morisseau et Saturnin Mesnil, enseignants à l’École de La Neuville (http://www.ecole-de-la-neuville.asso.fr), ont montré comment les voyages scolaires mettaient à l’épreuve les institutions élaborées dans l’école. Sophie Billard enfin, professeure des écoles pratiquant une pédagogie s’inspirant des recherches de Bernard Collot, a présenté des extraits du film tourné dans sa classe (https://www.youtube.com/watch?v=H_LcjpAZ2Lk).

Le lundi après-midi a été consacré à l’université : Bruno Robbes a témoigné de pratiques de conseils avec de futurs conseillers principaux d’éducation. Arnaud Dubois a abordé ses pratiques d’écriture monographique et de correspondance avec Patrick Geffard (Université Paris 8). Julitte Huez et José Renato ont présenté des réflexions sur le travail en équipe, en France et au Brésil. Philippe Chaubet a parlé de la pédagogie alternative dans l’université au Québec.

Le mardi matin, Camille Guérin, professeur de mathématiques au CLEF de La Ciotat (http://www.fespi.fr/les-espis/le-clef-college-lycee-experimental-freinet-a-la-ciotat/) a montré comment la coopération prend en compte les différences entre élèves pour les faire réussir. Thomas Boudie a témoigné de ses pratiques de pédagogie institutionnelle dans un collège populaire de Paris. Nathalie Noël, Nicoleta Nastase et Alban Heuzé, enseignants au LP2I de Poitiers (http://www.lp2i-poitiers.fr/), nous ont proposé un jeu de rôle coopératif, qu’ils pratiquent dans leur établissement.

Le mardi après-midi enfin, ce sont deux réseaux québécois et français qui se sont rencontrés. Philippe Chaubet a introduit une vidéo de Pierre Chénier présentant le REPAQ (http://repaq.org/), réseau regroupant 42 écoles alternatives. Puis Bastien Sueur a présenté la FESPI (http://www.fespi.fr), qui réunit 17 établissements « différents ». La présence de collègues du CEEPI (http://www.ceepi.org/) a enrichi les échanges, incluant aussi nos collègues belges (http://www.helmo.be/CMS/Actualites/Videos/Tenter-Plus-a-HELMo-Sainte-Croix.aspx#.WjPAtLpFzIU).

Le moment est peut être « historique », car des perspectives se dessinent : visites de professionnels dans les établissements respectifs, échanges sur les pratiques et temps de formation en commun, collaborations avec des chercheurs français et canadiens. La création récente du site du réseau PII (https://reseau-pi-international.org/) facilitera ces rapprochements.

Vous devez être connecté pour publier un commentaire