La restitution en Afrique sub-saharienne : au-delà de la norme éthique, un souci pédagogique

*Résumé de l’article « La restitution des résultats dans les suivis démographiques en Afrique sub-saharienne : au-delà de la norme éthique, un souci pédagogique »*.

Cette étude a pour origine un questionnement issu de nos expériences de terrain en Afrique dans le domaine de la socio-démographie. Les populations auxquelles nous avons été confrontés lors de nos travaux respectifs participent souvent depuis des années à diverses enquêtes démographiques et de santé et manifestent un sentiment presque d’abandon dans la mesure où elles se considèrent comme étant laissées dans l’ignorance de ce qui est réalisé à partir des informations qu’elles fournissent. Ce constat nous a poussés vers une réflexion sur l’éthique à la fois des et dans les recherches menées en contexte de vulnérabilité (Mondain et Sabourin, 2009; Mondain et Bologo, 2012).

Contexte

Les systèmes de suivi démographique et de santé (SSDS) également appelés observatoires de population, sont monnaie courante en Afrique sub-saharienne. L’objectif de tels dispositifs de recherche consiste à recueillir de manière continue les informations sur les événements démographiques (naissances, décès, mariages, migrations) et sur l’état de santé de la population à l’étude. Ces observatoires constituent également des plateformes de recherche pour des équipes extérieures, ouvrant ainsi la porte à des études multidisciplinaires. L’intérêt des SSDS consiste à mesurer l’impact d’interventions de santé sur les populations ainsi qu’à informer les autorités sanitaires locales sur d’éventuels risques d’épidémie. Les inconvénients résident dans le coût ainsi que dans le processus même de recueil de l’information susceptible d’engendrer une lassitude croissante chez les populations participantes, ce qui pose deux questions fondamentales : le maintien de tels dispositifs et la validité des réponses données. Partant de l’hypothèse que la restitution des résultats auprès des participants pouvait résoudre ce problème, notre étude avait pour objectif d’identifier les outils de communication adaptés en vue de rendre les résultats aussi accessibles que possible aux populations de deux suivis au Sénégal. Au fil de l’étude, nous avons été conduits à nuancer cette hypothèse en considérant la restitution davantage comme un acte pédagogique destiné non seulement à faire part des résultats obtenus mais aussi à en faire comprendre les implications sur le moyen et le long terme.

Méthodes

Nous avons mené une enquête qualitative auprès de personnes ressources et d’habitants de chacun des deux sites, 57 entretiens individuels et 57 groupes de discussion dans le site de Niakhar ainsi que 26 groupes de discussion dans le site de Bandafassi. Dans chacun des sites le même guide d’entretien a été utilisé, posant successivement des questions sur la perception des habitants quant aux recherches menées auprès d’eux, leur compréhension de ces dernières et ce qu’ils attendent d’une restitution des résultats.

Résultats

Parmi les questions qui leur sont posées régulièrement, certaines laissent les répondants plutôt dans l’indifférence, il s’agit de toutes celles portant sur la composition des ménage et sur les migrations. Par contre d’autres questions les embarrassent, voire les exaspèrent profondément : il s’agit de celles portant sur la santé reproductive, mais par-dessus tout, les autopsies verbales qui consistent à faire le récit de la maladie puis du décès d’un proche pour informer les chercheurs sur les causes du décès. Dans des zones où la mortalité infantile est encore élevée, ces outils, certes indispensables, posent de sérieux défis méthodologiques et éthiques. La compréhension des populations quant aux objectifs de ces recueils d’information systématique reste limitée et leur participation repose avant tout sur leur fidélité aux enquêteurs qu’ils connaissent bien et sur leur espoir qu’en faisant partie des enquêtes ils en obtiendront un bénéfice concret. Par conséquent la restitution de résultats les intéresse relativement peu dans la mesure où ils ne voient pas les bénéfices immédiats d’une telle activité. Toutefois, se prononçant sur le format de la restitution, ce sont les activités interactives, mobilisant les relations interpersonnelles qui prennent le dessus.

Conclusions

Le questionnement sur la restitution nous amène à remonter la chaîne déontologique pour nous interroger sur l’efficacité et le sens à donner à la procédure d’obtention du « consentement éclairé ». Ainsi, avant de nourrir une réflexion sur les outils de communication à définir et utiliser en vue d’une restitution, il convient de revenir sur ceux utilisés pour établir un rapport de communication entre enquêtés, enquêteurs et chercheurs lors de la phase d’explication du processus de recherche. Apparemment, ce qui apparaît pour les chercheurs et enquêteurs comme étant des explications n’est pas toujours perçu comme tel par les populations. Finalement, au-delà des modes de communication interpersonnels et directs privilégiés par les populations, c’est vers une démarche participative continue telle que développée dans d’autres sites de suivi démographique que l’on pourrait s’orienter, celle-ci devant se baser sur un véritable travail d’ethnographie de la communauté dont la langue locale est l’expression qui s’impose.

Mots clés : restitution, éthique, système de suivi démographique, Afrique.

***

Reporting back results in demographic surveillance systems in sub-Saharan Africa : beyond the ethical norm a pedagogic issue

Demographic follow-ups imply a heavy data collection process which may lead to an increasing weariness among the surveyed populations within these sites. We hypothesized that reporting back the results directly to the participants could solve this problem. Our study’s main objective was thus to identify the communication tools best adapted to make the information understandable while taking into account the social and cultural context within two sites in Senegal. Our fieldwork led us to nuance this hypothesis and to consider reporting back activities more as a learning process allowing the different actors involved in the research to share views on the results themselves and their implications for the long term.

Key words: reporting back results, ethics, demographic surveillance systems, Africa.

***

Référence complète :

Mondain, Nathalie et Éric Bologo, 2011, « La restitution des résultats dans les suivis démographiques en Afrique sub-saharienne : au-delà de la norme éthique, un souci pédagogique », Interrogations – Revue pluridisciplinaire en sciences de l’homme et de la société, 13, accessible en ligne : http://www.revue-interrogations.org

Vous pouvez consultez également un article similaire publié en 2010 par :   Mondain, Nathalie, Bologo, Eric and Pascal Arduin, 2010, « Exploring respondents understanding and perceptions of demographic surveillance systems in Western Africa: methodological and ethical issues », African Population Studies, 24(3), 149-165, available on-line: http://www.uaps-uepa.org/home/index.php?option=com_content&view=category&id=31&Itemid=61&lang=en

Crédit photo : Nathalie Mondain

***

POUR REJOINDRE L’AUTEURE :

Nathalie Mondain, professeure agrégée

Université d’Ottawa

nmondain@uottawa.ca

Vous devez être connecté pour publier un commentaire