L’implication et la recherche-intervention institutionnaliste au Brésil : différences et interfaces

RÉSUMÉ D’UN ARTICLE — Le concept d’implication est très utilisé dans la recherche-intervention institutionnaliste au Brésil, une modalité de Recherche « Avec » qui vise à contribuer effectivement à la production scientifique et à la transformation sociale. Pour ce faire, j’approfondis le concept dans l’Analyse Institutionnelle et la socianalyse de René Lourau et Georges Lapassade et dans la Schizoanalyse de Gilles Deleuze et Félix Guattari, en y relevant les disjonctions et les interfaces.

Ces deux courants visent à mettre en question les rapports de pouvoir et le développement de la production collective, mais en partant de différents présupposés à propos de l’institution et de l’intervention. Si, d’un côté, l’Analyse Institutionnelle louraldienne, conceptuellement étayée sur la dialectique hégélienne, se sert de dispositifs analyseurs pour faire surgir l’instituant, d’un autre la Schizoanalyse se fonde sur l’immanence pour libérer l’invention, par le biais de pratiques singulières, favorisant la micropolitique. Dans ce contexte, l’implication est un concept d’intersection pour les chercheurs brésiliens. Il instaure une déstabilisation dont les effets régénèrent le collectif et la singularité des réseaux de relation construits, soit à partir des contradictions entre l’institué et l’instituant, soit à partir des agencements et de l’extériorité.

Lien vers l’article:

http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=3003

Crédit-photo : Karoline Truchon.

 

***

POUR REJOINDRE L’AUTEURE :

Roberta Romagnoli,

professeure en psychologie,

Université Pontificale du Minas Gerais au Brésil,

robertaroma1@gmail.com

Vous devez être connecté pour publier un commentaire