Xalapa, Mexique 2020

                                                                                                                                                                

 

                                     

 

Semaine scientifique Recherche avec 2020

« L’interculturalité dans la Recherche avec : enjeux épistémologiques, éthiques, méthodologiques et pratiques en intervention sociale, santé et éducation »

Universidad Veracruzana – Xalapa-Mexique

20 au 25 avril 2020

Le réseau Recherche avec, en collaboration avec le Département des Relations Internationales de l’Universidad Veracruzana (Mexique) organise du 20 au 25 avril 2020 une semaine scientifique francophone d’envergure internationale proposant différentes activités dont un symposium à Xalapa. Dans un dialogue multidisciplinaire, interdisciplinaire et transdisciplinaire Mexique, France, Canada et Brésil, ce symposium abordera les enjeux épistémologiques, éthiques, méthodologiques et pratiques de la recherche « avec » dans les domaines de la santé, de l’éducation et du travail social. Nous poursuivons ainsi l’objectif de fortifier l’espace de partage et d’échanges autour de l’éthique, l’altérité et le politique dans les pratiques de la recherche.

Le réseau développe cet espace depuis cinq années dans une perspective d’étroite collaboration entre les chercheurs et les sujets concernés par l’objet de la recherche (Monceau & Soulière, 2017). Notre monde complexe, changeant et diversifié appelle à un renouvellement du regard pour penser et intervenir dans les problématiques sociales actuelles telles que la migration, les violences, les sociétés multiculturelles, l’inclusion, et d’autres encore.

Notre semaine scientifique 2020, qui proposera un symposium universitaire mais aussi des rencontres et expérimentations avec des communautés concernées par la problématique des violences politiques, structurelles, raciales, de genre, linguistiques à l’œuvre dans l’interculturalité se veut un espace privilégié pour soulever des questions, des doutes, des incertitudes, des paradoxes, mais aussi des expériences que les acteurs jugent réussies, ayant des effets positifs, des manières de faire et de résoudre des problèmes concrets dans le processus de recherche.

Le principal objectif de la semaine scientifique Recherche avec à l’Universidad Veracruzana du 20 au 25 avril 2020 est donc de permettre une réflexion et un dialogue internationaux et intergénérationnels entre professeurs-chercheurs, étudiants-chercheurs, praticiens-chercheurs, intervenants en milieux institutionnels et communautaires ainsi qu’avec d’autres personnes impliquées dans des recherches traitant des rapports entre la /les différences, les violences et l’interculturalité.

Problématique

La diversité des peuples et les contacts entre ceux-ci sont constitutifs du processus historique de l’humanité. La rencontre des groupes et les interactions entre les personnes, dans leur diversité, appellent à penser l’altérité, la différence, la diversité comme un processus dynamique d’ouverture et de dialogue et appelant des apprentissages. Cependant, nos sociétés occidentales étant construites sur le modèle de la similitude (Luce Irigaray, 1984), l’altérité provoque en nous une « inquiétante étrangeté » (Sigmund Freud, 2014), face à l’autre irréductiblement différent de nous et face à la négativité que cet autre suscite en nous. Les possibilités de rencontres, d’échanges, de dialogues, de partages dans les multiples espaces sociaux dont l’Éducation, la Santé, l’Action sociale et l’intervention dans le respect de soi et de l’autre requièrent un véritable travail d’ouverture entre les êtres humains.

L’interculturalité n’est par contre pas exempte de négociations ni de conflits, étant à l’œuvre dans nos sociétés inégalitaires et productrices d’inégalités (McAll, 2017). Elle induit des relations de pouvoir et exacerbe les rapports de domination – entre les groupes autour des questions de langue, de religion, d’histoire, d’identité. Les situations de discrimination vécues par les populations autochtones et les migrants dans différents pays en sont de bonnes illustrations et une porte d’entrée significative. C’est pourquoi il nous semble qu’il existe un rapport important à réfléchir entre la violence et l’interculturalité. La violence est-elle constituante de l’interculturalité?

Entrer dans l’interculturalité par la voie de sa violence nous invite comme chercheurs à interroger d’abord notre positionnement privilégié dans les échanges interculturels pour passer à un « pluralisme épistémique » (Alatorre G. & collab., 2018) afin de contribuer à la construction du savoir par la reconnaissance, la convergence et l’échange entre différents regards épistémiques.  Il s’agira ainsi de penser dans quelle mesure nos pratiques de recherche, nos méthodologies, les connaissances que nous produisons, et plus largement nos activités professionnelles, ne reflètent pas- ou ne reproduisent pas des rapports de domination, voire certaines formes de violence (Godrie et Santos, 2017)? On peut voir ici la question d’invisibilisation de certaines composantes – la religion par exemple, du fait du rapport historique dominant à la religion; ou de groupes – peu connus-peu étudiés du fait de la distance culturelle et sociale avec les chercheurs (Chobeaux & collab., 2005); ou encore les limitations qu’on impose avec la langue de la majorité (pour le français tout au moins), les codes linguistiques qui hiérarchisent (ceux qui « savent parler et écrire » et les autres, l’utilisation de tels mots et telles expressions, ou tel accent bien coté au détriment d’autres manières de s’exprimer et de dire les choses…)

Les questions de violence et d’invisibilisation se croisent de manière aigue autour des réalités autochtones- celles des premiers peuples des Amériques et les flux de migrations en Europe- provenant d’Asie, d’Afrique, tout au long de l’histoire. Dans le courant politique historique actuel de leur reconnaissance dans le sens de Honneth (2013), les travaux se multiplient pour sortir de l’ombre à quel point l’histoire coloniale – et ses ancrages dans les institutions contemporaines- a façonné l’interculturalité (Saillant, 2017) entre la société majoritaire et les communautés autochtones (Niezen, 2013 ; Kurtness et Hervé, 2014). Il s’agit d’une forme de colonialisme interne (Roy, 2004) qui a laissé peu de place aux possibilités de rencontres, d’échanges, de dialogues, de partages. Qu’en est-il du regard à l’intérieur des peuples colonisateurs européens ? Actuellement, le sujet de la migration se reflète dans les débats européens sur la citoyenneté multiculturelle (Triandafyllidou, 2005).

Comment participer à la décolonisation des savoirs produits dans les sociétés où les communautés et des individus autochtones, afro descendants, migrants – femmes-jeunes-enfants-hommes, font partie de la diversité culturelle et sociale des sujets concernés par nos objets d’étude ? Comment les inclure sans perpétuer des formes de différenciation-stigmatisation ? Comment une réflexion en lien avec les communautés autochtones peut-elle se transposer à d’autres groupes exclus ou invisibilisés ?

Par ailleurs comment contrer ou contourner les contraintes qui nous forcent à reconduire les injustices épistémiques (Godrie et Santos, 2017) ? On peut penser ici aux contraintes de spatialités et de temporalités liées aux standards universitaires établis dans des visées de quantité et diffusion de production. Comment faire la place à une épistémologie du lien (Piron, 2017) ?

Cette orientation et ces questions nous invitent à imaginer la possibilité d’établir des relations dialogiques et égalitaires entre les cultures et à élargir ainsi notre capacité d’être et de mieux comprendre la complexité et les dynamiques de nos milieux de vie. La reconnaissance des besoins humains et socio-environnementaux des personnes dans leur diversité pourrait ainsi générer des processus de transformation sociale basés sur le soutien et la confiance mutuels (Bibeau, 1998). En ce sens, les visées de nos rencontres sont autant politiques que scientifiques, elles font le pari que le choix de mener les recherches avec les sujets concernés contribue à identifier, analyser et transformer les rapports de violence tels qu’ils sont institués dans nos sociétés.

Croiser Recherche avec et interculturalité invite à « faire avec », ensemble et en proximité, dans des interactions horizontales entre des acteurs qui se traitent les uns et les autres avec dignité, sans discrimination et dans le respect de leurs différences linguistiques, de genre, d’appartenance ethnique ou de toute autre nature.

Lors de la semaine scientifique, la réflexion sur la rencontre avec un autrui étranger, chercheur, étudiant, intervenant ou autres sujets impliqués dans les recherches sera un point central afin de mettre en interférence des approches théorico-méthodologiques qui travaillent ces dimensions depuis longtemps telles que l’ethnologie ; l’interactionnisme ; les sociologies cliniques, la psychologie sociale, l’analyse institutionnelle, la santé collective et les approches interculturelles. L’éducation interculturelle se confronte à (Cf. Abdallah-Pretceille, M.2017) un décentrement disciplinaire, statuaire, de pratiques et de formes d’acquisition des savoirs, de déconstruction des rapports micro et macro hiérarchiques institués. Ce décentrement sera donc recherché pour favoriser l’inclusion des différentes formes et processus de production des connaissances.

Ces éléments de réflexion guideront l’organisation de la semaine scientifique Recherche avec 2020. Comme lors des éditions précédentes (Canada, 2014 ; Brésil, 2016 ; France 2018) une importance particulière sera portée à la formation, et donc à l’engagement dans les travaux des étudiants et intervenants professionnels et militants afin de jeter les bases de dispositifs et de partenariat contribuant à mieux faire connaître et reconnaître la recherche « avec » dans les champs de la santé, de l’éducation formelle et non formelle (« l’autre éducation »), de la responsabilité et du travail social, de l’art, de la culture, de la musique, de la gastronomie… La semaine Recherche avec 2020 ne sera donc pas réduite à la forme d’une manifestation scientifique mais constituera plus largement des manifestations socioculturelles dont l’objectif sera de créer un espace privilégié ou toutes les voix devront pouvoir être écoutées dans une ambiance de respect et d’ouverture. Le défi est donc particulièrement ambitieux et demandera un fort engagement des participants, la préparation collective (internationale et interculturelle) de la rencontre constituant en soi, une mise à l’épreuve du projet lui-même.

 

Préparation

Les chercheurs et autres participants qui souhaitent contribuer à cette semaine de rencontre peuvent dès à présent s’inscrire sur la plateforme rechercheavec.com. Des informations y seront progressivement diffusées et des messages envoyés aux inscrits.

C’est aussi avec l’appui de cette plateforme que seront organisés les ateliers et expérimentations de la semaine. Un questionnaire a été diffusé avant l’été auprès des membres du réseau et plus de cinquante d’entre eux y ont répondu. Leurs retours ont nourri l’argumentaire et permis une première identification des propositions des uns et des autres.

 

Le fonctionnement du réseau reposant sur les contributions de ses membres, il est fait appel à propositions pour l’organisation :

des ateliers courts thématiques : ceux-ci se déroulent sur une plage de 2h30 (le jeudi après-midi). La forme de l’atelier est libre mais les organisateurs (venant d’au moins trois pays) doivent transmettre un titre et un résumé présentant le contenu (et son rapport avec la problématique d’ensemble) et le fonctionnement de l’atelier. Ces ateliers, après avoir été validés par le comité scientifique, seront préparés sur la plateforme avec d’autres participants intéressés à y travailler. Ces ateliers peuvent déboucher sur des collaborations de recherche, sur des publications collectives etc.

des ateliers courts « surprises » : ces ateliers auront une forme similaire aux précédents et seront proposés sur la même plage horaire mais les personnes qui choisiront cette forme auront la surprise du contenu et du déroulement de ces ateliers le jour même.

des ateliers longs : ils seront proposés et préparés comme les ateliers courts thématiques mais se dérouleront sur deux plages horaires de 2h chacune (mercredi et jeudi après-midi).

Les propositions d’ateliers sont à adresser avant le 10 décembre 2019 aux contacts suivants :

Marguerite Soulière : marguerite.souliere@uottawa.ca

Gilles Monceau : gilles.monceau@u-cergy.fr

 

Des expérimentations seront par ailleurs proposées par nos hôtes de l’Université de Veracruz : cette forme de travail consiste à partager, avec des mexicains, des rencontres sur des terrains où ils mènent des recherches, avec des communautés ou des établissements avec lesquels ils ont des relations. Des chercheurs du Mexique proposent donc des expérimentations auxquelles d’autres participants pourront s’inscrire et sur lesquelles ils pourront échanger avant avril 2020. Il s’agit des activités suivantes et nous vous encourageons à écrire directement aux responsables pour avoir plus d’informations.

1)Région de Córdoba, Veracruz.

Responsable: Marcos Iván Juárez Martínez /marjuarez@uv.mx

Thématique : migration, peuples autochtones

Activité : Visite de l’Université Veracruzana Interculturelle, siège : Grandes Montañas pour rencontrer des professeurs et étudiants d’origine autochtone et connaitre leurs programmes académiques et les activités développées auprès des communautés à proximité. Visite au groupe des femmes « Las Patronas », qui accompagne des femmes migrantes centroaméricaines et leur proposent de la nourriture et hébergement pour se rendre aux États-Unis.

2) Région du Port de Veracruz

Thématique : santé

Responsable : Maria José Garcia Oramas / jogarcia@uv.mx

Connaitre le Programme de Santé Intégrale (PSI)de l’Université Veracruzana, campus Veracruz afin de rencontrer le personnel de santé et les programmes autour de la santé collective, le VIH, la promotion de la santé dans le domaine universitaire pour les étudiants (éducation sexuelle et reproductive, santé mentale, promotion d’alimentation saine, consommation de drogues, foire de la santé, inclusion des étudiants handicapés, entre autres).

3) Région de Xalapa.

3.a. Thématique : interculturalité et éducation

Responsable : Eli Alejandra Garcimarrero Espino / egarcimarrero@uv.mx

Rencontre avec des professeurs et étudiants qui travaillent autour de la diffusion culturelle avec les communautés de la région (gastronomie locale, musique, arts tels que la danse, le théâtre) et les étudiants de langues étrangères pour l’échange interculturel.

Réunion avec des professeures et étudiantes des écoles primaires et secondaires de la ville de Xalapa.

3.b.Thématique : intervention communautaire

Responsable : Angel Augusto Landa Alemán / anlanda@uv.mx

Rencontre avec des Organisations non Gouvernementales (ONG’s) qui travaillent dans le domaine de l’éducation et la promotion communautaire tels que la Radio Communautaire de la ville de Teocelo et le programme Matraca (mouvement pour les enfants travailleurs et en situation de rue), afin de connaitre ces programmes éducatifs de formation de formateurs.

 

Planning prévisionnel 

 

Éléments administratifs et financiers

La participation à la préparation de la semaine scientifique concrétise l’inscription à l’événement.

Inscriptions et tarifs 2020

-Frais d’inscription : les tarifs sont exprimés en Dollars américains ($)

  • Assistants et étudiants ressortissant du Mexique : $50
  • Participants chercheurs et membres du réseau Recherche Avec : $80
  • Professeurs provenant de la communauté UV : $30
  • Étudiants provenant de la communauté UV :$15

Moyens de paiement : par Virement Bancaire

Les transports, l’hébergement et l’alimentation sont à la charge des participants.

Liste d’hôtels recommandés en centre-ville:

  • Hotel Posada del Cafeto

http://pradodelrio.com/pages/posadacafeto-es/

  • Hotel Mesón del Alférez

https://pradodelrio.com/pages/mesonalferez-xalapa-es/

  • Hotel María Victoria

http://hotelmariavictoriaxalapa.com

  • Hotel Holiday Inn

https://www.ihg.com/holidayinnexpress/hotels/us/es/xalapa/jalex/hoteldetail#scmisc=nav_hoteldetail_ex

  • Hotel Majova Inn

http://hotelmajovainn.com

 

Comité local d’organisation (Universidad Veracruzana) :

Maria José Garcia Oramas

jogarcia@uv.mx

Angel Augusto Landa Alemán

anlanda@uv.mx

Celia Cristina Contreras Asturias

celcontreras@uv.mx

Eli Alejandra Garcimarrero Espino

egarcimarrero@uv.mx

Marcos Iván Juárez Martínez

marjuarez@uv.mx

 

Comité scientifique du réseau Recherche avec :

Co-présidents :

Marguerite Soulière, Professeure anthropologue, École de service social, Université d’Ottawa (UO)

Gilles Monceau, Professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Cergy-Pontoise (UCP )- France

Membres :

Anna Lucia Abbrahao, Professeure en sciences infirmières, Université Fédérale Fluminense (UFF) – Brésil

Patricia Bessaoud-Alonso, Maître de conférences en sciences de l’éducation, FRED, Université de Limoges (UL) – France

Claire de Saint Martin, Maître de conférences en sciences de l’éducation, EMA, Université de Cergy-Pontoise (UCP) – France

Maria Livia do Nascimento, Professeure de psychologie, Université Fédérale Fluminense (UFF) – Brésil

Cinira Fortuna, Professeure en sciences infirmières, Université de Sao Paulo-Brésil (USP) – Brésil

Izabel Friche Passos, Professeure de psychologie, Université Fédérale du Minas Gerais (UFMG) – Brésil

Maria José Garcia Oramas, Professeure de psychologie, Universidad Veracruzana (UV) – Mexique

Eli Alejandra Garcimarrero Espino, Professeure de psychologie, Universidad Veracruzana  (UV) – Mexique

Solange L’Abbate, Professeure de sociologie et de santé collective, Département de Santé Collective de la Faculté de Sciences Médicales/Université d’État de Campinas (Unicamp) – Brésil

Ángel Augusto Landa Alemán, Professeur à la Faculté de langue, Universidad Veracruzana (UV)- Mexique

Nathalie Mondain, Professeure, département d’études sociologiques et anthropologiques, Université d’Ottawa (UO) – Canada

Nathalie Morin, Anthropologue, chargée de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) – Canada

Sébastien Pesce, Professeur en Sciences de l’éducation, Université d’Orléans – France

Roberta Romagnoli, Professeure de psychologie, Université Pontificale Catholique du Minas Gerais (UPCMG) – Brésil

Anna Rurka, Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, Université Paris Ouest Nanterre La Défense – France

Geneviève Saulnier, Chercheure d’établissement, Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO). Doctorante en service social, Université d’Ottawa (UO) – Canada

Karoline Truchon, Professeure en communication, Université du Québec en Outaouais, Gatineau, Québec, Canada

 

Bibliographie

Alatorre, G., Baronnet B., Mercon J. (2018), Educación para la interculturalidad y la sustentabilidad: aportaciones reflexivas a la acción. Elaleph.com, UAIM/UAIS, México. 174 p.

Abdallah-Pretceille, M. (2017). L’éducation interculturelle. Paris cedex 14, France: Presses Universitaires de France.

Bibeau, G., (sous presse) Repensando a Antropologia no Estudo das Sociedades Complexas, in Ana Pitta (Directeur), Cultura & Saúde Mental, São Paulo.

Chobeaux, F., Laieb, N. & Vitale, S. (2005). Interculturel et travail social. VST – Vie sociale et traitements, no 87(3), 56-57. doi:10.3917/vst.087.0056.

Freud, S. (2014). Oeuvres complètes Ed. Amorrortu. Argentine

Godrie, B. & Dos Santos, M. (2017). Présentation : inégalités sociales, production dessavoirs et de l’ignorance. Sociologie et sociétés, 49 (1), 7–31.https://doi.org/10.7202/1042804ar

Kurtness, J., Carole Hervé (2014). Tshinanu, nous autres et moi qui appartiens aux trois Amériques. Québec, Presses de l’Université Laval

Honneth, A.(2013). La lutte pour la reconnaissance. Paris, Gallimard

Irigaray, L. Éthique de la différence sexuelle (Éditions de Minuit, 1984)

McAll, C. (2017). Des brèches dans le mur : inégalités sociales, sociologie et savoirsd’expérience. Sociologie et sociétés, 49 (1), 89–117. https://doi.org/10.7202/1042807ar

Monceau, G. & Soulière, M. (2017). Mener la recherche avec les sujets concernés. Le dispositif du réseau Recherche avec. Education et socialisation, 45 (En ligne : https://edso.revues.org/2525)

Niezen, R. (2013). Truth and Indignation. Canada’s Truth and REconciliation Commission on Indian Residential Schools, Toronto Universitu of toronto Press.

Piron, F. (2017). Méditation haïtienne : répondre à la violence séparatrice del’épistémologie positiviste par l’épistémologie du lien. Sociologie et sociétés, 49 (1),33–60. https://doi.org/10.7202/1042805ar

Roy, B. (2004) Sang sucré, pouvoirs codés, médecine amère. Québec, Presses de l’Université Laval

Triandafyllidou, A. (2005). Nuevos retos para Europa: migración, seguridad y derechos de ciudadanía. Revista CIDOB d’afers internacionals, 39-59.