Atelier long L’interculturalité dans la Recherche avec : enjeux épistémologiques, éthiques, méthodologiques et pratiques en intervention sociale, santé et éducation

Coordination:

Karine Croteau (Ca)

Marcos Iván Juárez Martínez (Mex)

Ana Cristina Vangrelino dos Santos (Br)

Juliana Hespanhol Dorigan (Br)

Catherine Aubouin (Fr)

Sofia Hachemi (Fr)

Solange L’Abbate (Br)

Daniel Dóbies (Br)

L’atelier composé de chercheurs et praticiens mexicains, canadiens, brésiliens et français propose un espace de dialogue ouvert aux différentes approches théoriques et méthodologiques de la recherche collaborative, afin d’interroger les différentes approches culturelles et sociales de l’organisation des connaissances.

 

Plusieurs axes de réflexion s’offrent à nous après les différents échanges effectués à distance

  • 1 axe plus particulièrement orienté sur les obstacles rencontrés dans la recherche « par, pour et avec » les populations autochtones à l’heure actuelle. Cet axe s’intéresse plus spécifiquement à l’intervention en protection de jeunesse auprès des familles autochtones
  • 1 axe consacré au partage des productions autochtones, dans la multiplicité des domaines de connaissance : dans les arts, l’éducation, les sciences sociales, la santé, les sciences exactes, entre autres. Il s’agit ici de discuter et de réfléchir à la manière dont nous pouvons présenter, dans les espaces de la RA, la culture qui traverse nos pratiques, produisant de nouvelles significations.
  • 1 axe qui s’intéresse aux effets de nos appartenances culturelles sur la Recherche avec

Que ce soit en matière de santé, d’éducation ou d’intervention sociale, nos appartenances réciproques à des univers sociaux, culturels et politiques différents ont des effets sur les processus de recherche. Nous importons dans nos dispositifs de recherche nos intentions de chercheurs.Aussi, nous souhaitons d’une part réfléchir aux manières de réduire l’écart entre l’univers normatif de la recherche en sciences sociales et les savoirs épistémologiques autochtones; d’autre part repérer les points de convergence et les tensions qui peuvent sous-tendre ou émerger du dialogue interculturel.  Il s’agit donc également de réfléchir à la transversalité présente dans la constitution de la production de connaissance scientifique, et dans les dispositifs de recherche qui extrapole les voies conventionnelles et cartésiennes du champ méthodologique de la recherche.

Des modalités de travail sont proposées:

  • L’élaboration en petits groups de cartes heuristiques (mindmap), qui permet une illustration graphique des représentations sociales de l’interculturalité dans la recherche avec (ou collaborative)
  • La “boited’affection” (« caixa de afecçao »“

 

6 Commentaires

  • février 27, 2020

    Sofia Hachemi

    Nous avons 3 propositions pour ce thème, dont 1 canadienne, une brésilienne et 1 française.
    Peut-être pourrions-nous envisager ici de discuter l’organisation de l’atelier?
    J’ai pu rencontrer aujourd’hui Juliana (Brésil) qui m’a expliqué l’idée de la « caixa de afecçao » (la boite d’affection) comme dispositif pouvant être utilisé sur un temps de l’atelier.
    A bientôt !

  • mars 5, 2020

    Sofia Hachemi

    Proposition-de-présentation-commune.docx
    Bonjour à tous. Je vous propose en fichier joint une présentation commune de notre atelier, que vous pouvez rectifier, modifier… J’ai repris des éléments de vos différents articles, mais comme ça doit être court je n’ai pas tout gardé.
    Merci pour vos contributions

    Buenos días a todos. Les propongo en un archivo adjunto una presentación común de nuestro taller, que puede corregir, modificar… Tomé elementos de sus diferentes artículos, pero como debe ser breve, no guardé todo.
    Gracias por sus contribuciones

  • mars 8, 2020

    ANACRIS

    Sofia, merci beaucoup pour synthétiser notre première conversation.
    Je vais développer ici l’idée de la boîte d´affection.
    Il s’agit d’un dispositif de recherche et d’écriture qui a été développé au Brésil, dans le domaine de l’éducation permanente dans la santé.

    C´est un espace de fichier pour les objets relationnels et matériaux, qui peut vous connecter à des idées, des sensations, des mots, des souvenirs et des objets des expressions artistiques et culturelles de votre localité – peut être une œuvre littéraire, une œuvre d’art, une musique, un poème, une photo parmi d’autres objets sur leurs expériences dans le monde du travail, de la recherche et de la vie.

    Je vous propose de construire ce fichier-boîte pendant les mois de Mars et Avril et pour cela, nous pouvons créer un espace virtuel, sur google drive par exemple, où nous allons déposer ces objets.

    Dans cet espace virtuel, nous pouvons nous promener dans les objets déposés et poser des questions qui favorisent une appropriation sur la production elle-même et sur les participants à partir du lieu d’appartenance, dans ses aspects les plus variés et subtilités, également produire des déplacements, ouvrir d’autres connexions, donner le passage aux affections et dans ce mouvement nous mettons dans une nouvelle perspective en ce qui concerne nos implications interculturelles dans la recherche avec.

    Pour illustrer la boîte d’affection, nous avons la vidéo sur youtube :
    https://www.youtube.com/watch?v=oTKR3FB9vTg&t=4s

  • mars 8, 2020

    ANACRIS

    Sofia muito obrigado por sintetizar a nossa conversa inicial.

    Vou desenvolver aqui a idéia da caixa de afecções.
    Trata-se de um dispositivo de pesquisa e escrita que foi desenvolvido no Brasil, no campo da educação permanente em saúde é um espaço de arquivo para objetos relacionais, materiais, que possa conectar você à ideias, à sensações, palavras, memórias e objetos de expressões artísticas e culturais de sua localidade -pode ser uma obra literária, uma pintura, uma música, um poema, uma foto entre outros objetos, acerca de suas experiências no mundo do trabalho, da pesquisa e da vida.
    Eu proponho à vocês construir esta arquivo-caixa durante os meses de março e abril e para isso podemos em criar uma espaço virtual, no google drive por exemplo, onde neste tempo vamos arquivando estes objetos.
    Neste espaço virtual podemos passear pelos objetos depositados e levantar perguntas que favoreçam uma apropriação sobre a própria produção e do participantes, a partir do lugar de pertença, em seus mais variados aspectos e sutilezas; produz deslocamentos, abrir outras conexões, dar passagem aos afetos e neste movimento produzir um embaralhamento do vivido. Um movimento de desver certos aspectos da experiência para que ela ganhe novos contornos;
    Para ilustrar a caixa de afecções temos o vídeo no youtube:
    https://www.youtube.com/watch?v=oTKR3FB9vTg&t=4s

  • mars 9, 2020

    Daniel Vannucci Dobies

    Deux points de réflexion:
    1) Autoctone, dans une traduction littérale, ne correspond pas aux termes utilisés au Brésil (indigènes, ethnies indigènes, peuples originaires, natifs). Au Brésil, autoctone est plus utilisé en épidémiologie.C’est juste une question linguistique?
    2) Quelles seraient les populations autochtones dans les différents pays? Qu’est-ce qui définit une population comme autoctone? Y a-t-il des différences entre les pays?

    Peut-être nous pourrions préparer quelque chose sur ces points. Qu’est-ce que vous en pensez ?

  • mars 9, 2020

    Daniel Vannucci Dobies

    Dois pontos de reflexão:
    1) Autoctone, numa tradução literal, não corresponde aos termos utilizados no Brasil (indígenas, etnias indígenas, povos originários, nativos). No Brasil, autoctone é mais utilizado em epidemiologia. É apenas uma questão linguística?
    2) Quais seriam as populações autóctones nos diferentes países? O que define uma população como autóctone? Existem diferenças entre os países?

    Talvez possamos preparar algo sobre isso. O que vocês acham?

Vous devez être connecté pour publier un commentaire