Les pratiques professionnelles dans les domaines de la santé et du social : quelles implications par rapport à la politique de l’État?

Organisatrices et organisateurs

Solange L’Abbate, Daniel  Vannucci Dóbies et Luciane Maria Pezzato[1]

Selon Gilles Monceau (2008; 2012), les pratiques professionnelles sont fortement impliquées dans un ensemble d’institutions: de celles liées à la formation basique jusqu’à celles qui se consacrent au perfectionnement professionnel après cette formation. On sait que ces institutions sont, la plupart du temps, gérées par des  lois publiques.

Dans le cas des professionnels de santé au Brésil, surtout en ce qui concerne ceux qui travaillent dans le domaine de la Santé Publique, les déterminations de la Politique de Santé d’État brésilien sont très importantes établissant les règles pour les salaires, les carrières professionnelles et aussi les critères de remplacement du personnel qui part à la  retraite. (L’Abbate, 2014)

La Constitution Brésilienne de 1988 a fixé la santé comme un droit de tous les citoyens et, par conséquent, l’État au niveau fédéral, les états/régions et les villes, devront consacrer le budget nécessaire au bon fonctionnement des services publics de santé.

Cependant, en ce moment, la politique brésilienne fait marche arrière depuis l’impeachment de la présidente de la République, Dilma Roussef en avril 2016, aboutissant sur la récente condamnation, le 24 janvier, de l’ex-président Lula. En fait, ces événements signifient une tentative de détruire les politiques mises en place par Lula et Dilma (de janvier 2003 à avril 2016) qui favorisaient la population plus pauvre du pays.

En octobre 2016, on a approuvé  l’amendement constitutionnel  numéro 55 qui a gelé les financements destinés à la santé, l’éducation et à la sécurité sociale pour pendant 20 ans.

Actuellement, le gouvernement dirigé par le vice-président Temer suscite un niveau d’approbation très bas parmi des Brésiliens, mais il compte sur l’appui des chambres des députés et des sénateurs et essaie d’appliquer des mesures qui réduisent les droits des travailleurs, en imposant des réformes de la loi du travail et de la sécurité sociale totalement contraires aux principes de la Constitution de 1988. Il s’appuie sur un discours qui insiste sur l’existence d’une grave crise économique pour justifier ces réductions qui nuisent aux intérêts de la population plus démunie et ceci au bénéfice des couches plus riches de la société.

Certes, cette politique va toucher de plein fouet les travailleurs de santé par rapport à l’attention aux usagers des services. Mais heureusement, il y a des travailleurs qui résistent à cette situation comme a révélé Dóbies dans son mémoire de master (Dóbies, 2016; Dóbies et L’Abbate, 2016).

Comme a affirmé avec raison René Lourau (1973), la question politique n’est pas que dans les déterminations qui sont au centre des institutions, mais elle se mêle  des relations quotidiennes entre les personnes. La politique est partout et son analyse devrait avoir lieu autant dans les instances microsociales, comme dans les méandres microsociaux. L’analyse portant sur les procédures institutionnelles (par exemple, l’effet Mülhmann – échec de la prophétie – et le Principe d’Équivalence) contribuant à l’aplatissement des pratiques et de perspectives qui engloutissent les processus de transformation.

À notre avis, en ce moment, le principal défi est de savoir s’il y aura des travailleurs de santé en nombre suffisant capables de faire opposition à cette politique. C’est un très grand doute! La situation empire davantage du fait des présidentielles en octobre 2018, de la recrudescence de la droite et de la candidature d’un militaire à présidence de la république.

Ce démantèlement des politiques sociales affecte directement le travail en santé et, par conséquent, les pratiques professionnelles, car nous comprenons que celles-ci sont traversées par de nombreuses institutions qui forment les services de santé et leurs politiques. Face à cela, voici quelques questions: quelles sont les possibilités d’une formation de collectifs de travailleurs pour (re) construire ou (re) penser les pratiques dans le contexte où actuel au Brésil pour renforcer la résistance qui nous reste face à un tel démantèlement?

Pour conclure, une dernière question: comment ces traversements se réalisent-ils dans d’autres pays? Quelles sont les questions qui traversent les pratiques professionnelles dans ces pays? Comment les collectifs travaillent avec cela dans l’exécution de leurs pratiques? Peuvent-ils faire de l’analyse? Y a-t-il des stratégies de résistance et d’affrontement? Créent-ils des associations et des alliances? Entrevoient-ils de nouveaux horizons?

L’analyse collective des pratiques parmi les professionnels qui travaillent dans de divers endroits pourrait-elle élargir les perspectives et produire des créations qui traversent les frontières instituées.

 

Références Bibliographiques

DÓBIES, Daniel Vannucci- Práticas profissionais e resistências na construção do cuidado em rede em saúde mental em uma microrregião de Campinas/SP. Dissertação (mestrado) – Depto de Saúde Coletiva/ Faculdade de Ciências Médicas/ Universidade Estadual de Campinas/Unicamp, Campinas, SP, 2016.

DÓBIES, Daniel Vannucci; L’ABBATE, Solange- A resistência como analisador de saúde mental em Campinas(SP): contribuição da Análise Institucional. Saúde Debate, v. 40, nº 110, 2016, p. 120-133.

L’ABBATE, Solange – Reflexões sobre a Análise Institucional das práticas profissionais/AIPP. Campinas, Unicamp, 2014. (Texto para discussão em reunião do Diretório de Análise Institucional & Saúde Coletiva)

LOURAU René – Analyse institutionnelle et question politique. In: L’Homme et la société, N. 29-30, 1973. Analyse institutionelle et socianalyse, pp. 21-34.

MONCEAU, Gilles – Como as instituições permeiam as práticas profissionais: socioclínica institucional e formação de professores. In: PIMENTA, Selma Garrido ; FRANCO, Maria Amélia Santoro (orgs). Pesquisa em educação: possibilidades investigativas/formativas da pesquisa-ação. Volume 1. São Paulo: Editora Loyola, 2008.

MONCEAU, Gilles- Techniques socio-cliniques pour l’analyse institutionnelle des pratiques. In: MONCEAU, Gilles (org) L’analyse institutionnelle des pratiques. Une socio-clinique des tourments institutionnels au Brésil et en France. Paris, l’Harmattan, 2012, p. 15-35.

[1] Respectivement: Sociologue à l’Université de Campinas/Unicamp, SP; Psychologue au Secrétariat municipal de santé de Campinas, SP; Dentiste à l’Université Féderale de São Paulo/Unifesp, Santos, SP. Les trois appartiennent  au groupe Analyse Institutionnelle & Santé Collective du Département de Santé Collective/Faculté de Sciences Médicales/Université de Campinas/ Unicamp/São Paulo/Brésil. Révision d’Yvone Greis.

21 Commentaires

  • mars 18, 2018

    Adriana Barbieri Feliciano

    AIPP__Adriana_tradução-Cinira.pdf
    Je parle de la place de qui va vivre la proposition d’un rencontre pour la première fois et
    je suis en train de réfléchir comme les pratiques de ces travailleurs de la sante peuvent
    être présent dans ce rendez-vous. Malgré le fait que je n’ai pas la clarté de la
    proposition du atelier je suis en train de penser si on peut apporter des récits écrit de
    différents travailleurs de santé enseignants dans le domaine de la santé et d’autres, pour
    peut-être inspiré notre discussion. Il va falloir une orientation pour la production des
    récits et narratives aux travailleurs pour qu’il puissant dire comment ils pensent que
    leurs pratiques professionnels peuvent aider à produire la citoyenneté ou la justice
    social et si ces pratiques favorisent la production des collectifs. Bref, c’est la manière
    que j’ai pensée à partir du texte déclencheur et des dernières expériences vécue ici au
    Brésil. J’espère que mon commentaire aide à construire notre atelier.
    Abraços

  • mars 18, 2018

    Adriana Barbieri Feliciano

    Aussi

    Je me demande si nous pouvons réfléchir aux pratiques professionnelles des autres qui ne seront pas présents.
    Seulement les personnes dans l’atelier seront considérées?

    Abraços

    • avril 18, 2018

      catherine.aubouin@free.fr

      Bonjour,

      Je suis intéressée pour participer à votre atelier. L’analyse collective me plait beaucoup.

      Je suis une ancienne formatrice d’infirmières, et actuellement je travaille avec une équipe de 10 formateurs. Ma recherche porte sur les effets des injonctions politiques qui traversent le monde de la santé générant chez les professionnels de santé et les professionnels responsables de la formation de ces professionnels ce que j’appelle une « sidération » ou un empêchement à penser.

  • avril 7, 2018

    carla spagnol

    Bonjour je souhaite m’inscrire pour cet atelier, et discuter la question de la pratique professionnelle en santé et l´uitlisation des dispositifs des analyse.
    À bientôt.

  • avril 12, 2018

    cinirafortuna

    Bonjour, je suis inquiète avec cette atelier que n’a pas de participants des autres pays et je pense que pour le titre. Est ce que nous pouvons changer et invitée d’autres participants?

  • avril 12, 2018

    cinirafortuna

    J’ai ecrit un email à Gilles, Patricia et Marguerite pour nous aider à penser personnes à inviter. J’aimerais qu’on puisse penser à la programation plus concrètement, par exemple
    Presentation des participants- on peux faire un exercice de groupe.
    Nous avons dèjá la reponse s’il sera long ou court?
    Après la presentation que ferons nous?
    Bises, Cinira

  • avril 12, 2018

    Adriana Barbieri Feliciano

    Je suis d´accord avec Cinira, je pense qu´il va faloir organiser avec la proposition des activites a etre vecue.
    Je propose une presentation par des imeges.
    Chaqu´un choisit un image pour se presenter, que penses-vous?

  • avril 12, 2018

    Maristel Kasper

    Bonjour,
    Je m’appelle Maristel Kasper, je suis doctorante dans le groupe de recherche du professeur Cinira Fortura, Brésil. Je voudrais participé cet atelier.

  • avril 12, 2018

    cinirafortuna

    En considerant la proposition du Symposium Recherche Avec et le thème de la politique et la proposition déjà annonce pour Solange, Daniel et Luciane, est ce que nous pouvons faire:

    l’ analyse de pratique professionnel en tant que chercheur traversée par la politique?

  • avril 14, 2018

    Solange L'Abbate

    Je suis d’accord avec Adriana, Carla et Cinira et nous devrons analyser les pratiques professionnelles et chercheurs.

  • avril 14, 2018

    cinirafortuna

    Nous avons proposée (Solange et Moi) le titre du atelier:
    Les pratiques professionalles et la recherche avec dans les domaines de la santé et du social: quelles implications par rapport la politique de l’Etat?

    Sur la durée il est encore court

    Alors, on peux distribuer le temps comme ça:

    40 minutes pour la presentation des participants et de la problematique par images.
    Consigne: Chaqu’un ici va se presenter et presenter son intérêt par le theme travers une image qu’i choisit.

    Que pensez vous?

  • avril 14, 2018

    Solange L'Abbate

    Je suis d’accord avec Cinira , mais c’est bien que vous autres se manifestent aussi. Après la presentation je sugère:

    – que on puisse vivre une analyse de pratiques professionnelles de notre travail comme chercheur ou bien praticien sur l’implication de la politique de l’Etat .Que pensez vous?

  • avril 14, 2018

    cinirafortuna

    Oui Solange!!!

    On peux demmander aux participants d’ecrire un petit texte sur la pratiques professionnels et les croisement de la politique d’etat sur elle.
    Après chaqu’un lira et ensuite le groupe ira choisir un des situations
    Ares on fera la discussion en croisement avec des acteurs, references bibliografiques etc

    Est ce que vous connassez des references bibliografiques su ce thème?

    • avril 15, 2018

      carla spagnol

      Cinira et groupe j´ai eu un article de Gilles intitulé « Entre pratique et institution. L’analyse institutionnelle des pratiques professionnelles ». La nouvelle revue de l´adaptation et de la scolarisation. 2008 [cited 2017 nov 22];1(41):145-59. Available from: http://www.cairn.info/revue-la-nouvelle-revue-de-l-adaptation-et-de-la-scolarisation-2008-1-page-145.htm.
      Mais, cet article est payé sur le site.
      Demain je vais essayer de le scanner pour envoyer tout le monde dans le groupe. Pour aujourd’hui je peux seulement envoyer le résumé.
      Résumé:
      L’analyse institutionnelle des pratiques professionnelles s’inscrit dans le prolongement d’approches (en psychiatrie, pédagogie puis socianalyse) qui, depuis plus de soixante ans, soutiennent des pratiques intégrant l’analyse des institutions et la transformation de celles-ci. L’article montre comment cette démarche se décline dans la formation, l’intervention et la recherche. Les processus institutionnels d’individualisation et de professionnalisation y sont pris comme exemples pour montrer en quoi la pratique professionnelle est également une pratique institutionnelle.

      Peut-être que cette lecture peut être notre point de départ. À bientôt.

  • avril 14, 2018

    Maristel Kasper

    Salut,

    D’accord!!!

    Voici une proposition des temps (3h):

    40 minutes – pour la présentation des participants (en double, choisissez une image présentée par mon collègue;
    Analyse Institutionnelle des Pratiques Professionnelles (AIPP), inspirée par Guillier (2005), comprenant les étapes suivantes:
    20 minutes – les participants écrivent un court texte sur les pratiques professionnelles et les croisement de la politique d’etat sur elle
    15 minutes – les participants lisent les textes
    10 minutes – le groupe choisit une pratique à analyser
    40 minutes – le groupe analyse, pose des questions, sans diagnostic, conseil ou attitude inquisitoriale
    15 minutes – le participant complète l’exposition
    10 minutes – groupe d’analystes intervient et évoque des similitudes, permettant l’élaboration de l’analyseur dans cet échange (méta-analyse).
    30 minutes – rédaction finale d’ateliers

    C’est une proposicion,

    Amitiés, Maristel

  • avril 15, 2018

    Adriana Barbieri Feliciano

    Bonjour à tous,
    Je suis d’accord avec toutes les propositions, mais dans cette suggestion que nous fait Maristel, je voudrais proposer que nous fassions l’analyse de l’ensemble du collectif, une synthèse collective, sautant le stade du choix d’une pratique.
    Que pensent les collègues?

  • avril 15, 2018

    Adriana Barbieri Feliciano

    Considérant que nous allons également discuter des références, et le temps pour l’atelier est court. Que pensez-vous de prendre nos récits déjà écrits, au plus une page?

    Je m’excuse pour les difficultés avec l’orthographe française.

  • avril 15, 2018

    carla spagnol

    Bonsoir à tous
    Comme je l’ai dit plus tôt, je suis intéressé à discuter des dispositifs d´analyse de la pratique professionnelle. Au cours de mon postdoctorat, j’ai eu l’occasion de suivre le travail de Virginie Dufournet qui a utilisé le dispositif GEASE dans la formation des auxiliaires de vie scolaire. C’est un des dispositifs et une expérience mais je pense que cela peut nous aider à réfléchir à l’utilisation des dispositifs dans l’analyse de la pratique professionnelle et de ses transpositions dans la culture brésilienne. Virginie était une des doctorants de Gilles et elle sera au symposium. Que pensez-vous de l’inviter à participer à notre atelier?

  • avril 15, 2018

    Luciane Maria Pezzato

    Bonsoir à tous, j’ai aimé les propositions. Ma contribution dans cet atelier était avec la construicions de la proposition seulement. Je suis d’accord avec Adriana pour prendre une situation déjà écrite sur une page, cela aide avec au moment de l’atelier et aussi pour celui qui ne domine pas la langue française (rires). Je ne connais personne d’un autre pays pour inviter.

    à bientôt

  • avril 17, 2018

    Flavio Borges

    Pardon… mais je n’ai pas vu quel jour et période serait cet atelier :/
    Excusez-moi si Je me trompe.

  • avril 20, 2018

    Flavio Borges

    RESUMO-DO-TRAB-NO-CETS-C-OS-AUTORES.doc
    Bonsoir,
    Je vous envoye en pj un texte en portugais (il serait disponible en français bientôt) qui Solange a demandé que Je prendre ici.

    À très bientôt.

Vous devez être connecté pour publier un commentaire