Implication du chercheur dans la recherche (jeudi après midi)

Organisatrices :

Anne Pilotti (française) – Catherine Aubouin (française) – Flávio Borges (brésilien)

La question de la neutralité du chercheur se pose encore plus fortement dans les Recherches Avec. La neutralité axiologique du chercheur renvoie à une rupture épistémologique, et à l’«éradication durable des présupposées de sens commun » (Fugier, 2013). Cette neutralité axiologique est peut-être un mythe que les chercheurs essaient d’atteindre, « le chercheur […]  quoiqu’il fasse, est partie prenante du monde social et ne peut prétendre à une pure extériorité eu égard à son terrain de recherche » (Gaulejac, (de), V. et Roche P., 2007). Pour Kohn  le chercheur interagit avec le monde, ne vit pas isolé, sans affect et la commande de la recherche ou le destinataire, peuvent influencer la problématique (Kohn, R.C., 2001). Les recherches s’inscrivent dans des institutions, dans lesquelles il y a des normes de présentations, d’explicitations et un vocabulaire imposé. Cette empreinte de l’institution apparait à travers les conventions linguistiques les références de l’auteur à une communauté de pairs. Les chercheurs ne peuvent se départir de ces codes sans être mis à l’écart ou accusés de ne pas avoir une démarche scientifique. Le chercheur connait ces normes et construit son travail de recherche en corrélation avec celles-ci. Il est soumis à des déterminations institutionnelles qui sont décrites par Lourau comme « l’effet Goody ». Le format de publication impose un nombre de mots, une présentation, mais aussi cadre le contenu des publications. Lourau avance qu’« on ne rend public que ce que l’on croit acceptable par l’institution culturelle, comprenant non seulement l’édition mais l’université, les institutions de recherche, les médias » (Lourau, 1988). Le chercheur se trouve en tension entre différents enjeux, c’est pourquoi ces tensions le mènent à se poser des questions sur l’identité du chercheur. Quelle est la commande? Qui me passe commande? Qu’est-ce que je veux faire et peux faire? Comment est-ce que je vais transformer la commande? Est-ce-que c’est possible de la transformer ? Ne suis-je pas trop impliqué? C’est bien parce que le chercheur est immergé dans un monde social qu’il arrive à progresser dans ses recherches. La neutralité n’est donc pas une obligation pour effectuer une recherche, mais le chercheur doit objectiver et montrer des éléments de sa subjectivité pour éclairer le contexte de sa découverte.

Avec cette contextualisation, nous proposons dans cet atelier d’expérimenter une « session » d’analyse des implications dans différentes  recherches. Analyser ensemble les retours d’expérience de recherche et comprendre ce qu’apporte l’analyse des implications du ou des chercheurs ainsi que les effets sur le terrain, dans la production des données et/ou dans l’analyse des résultats.

Ce processus d’analyse des implications du chercheur se fait collectivement.   (Lourau, 1970).

12 Commentaires

  • mars 8, 2018

    Luana Mesquita

    Bonjour à tous!
    Je veux bien m’inscrire à cet atelier.

    Il sera un atelier court n’est pas?
    On peut partager des textes sur ce thème là?
    Est-ce que vous avez dejà un article/d’autre à choisir pour mener la discussion?
    cela peut-être « Kohn, R.C., 2001 »?

    Merci

    • mars 26, 2018

      anne

      Il y a les 2 articles de Kohn. mais on voudrait aussi partir d’expériences. Nous ne sommes pas fermé à des propositions d’animations.

  • mars 17, 2018

    MPM

    Bonjour,

    Je suis aussi intéressée par cet atelier. OK pour la proposition de texte à suivre. J’aimerais que l’on développe sur la question de la transmission (enseignement-formation…), car je trouve difficile de faire bouger les lignes à l’université, avec les collègues et les étudiants/tes.

    A très bientôt ! MPM

    • mars 26, 2018

      anne

      C’est intéressant . Nous pensions chercheur et terrain ou chercheur et institution universitaire, mais oui le chercheur universitaire enseigne aussi. Et cela a des effets sur ses recherches , son rapport aux étudiants. On pourrait analyser quelque chose autour de cette posture et des implications du chercheur enseignant. Si tu as une situation a exposer, c’est bien.
      Qu’est ce que tu en penses?

  • mars 18, 2018

    Silvia Valentim

    Bonjour je souhaite m’inscrire pour cet atelier, et discuter la question de l’implication du chercheur dans la recherche.

  • avril 17, 2018

    Flavio Borges

    Bonjour mes collègues.
    Donc, nous sommes maintenant en 6 personnes.
    C’est bien. On attend d’autres personnes qui veulent être avec nous.

    La proposition c’est qu’on part des expériences pratiques pour discouter les interférénces sur la recherche. C’est une possibilité de faire l’analyse des notres implications (LOURAU, 2014) dans la condution des notres recherches.

    Il serait très bien qu’on pense déjà sur une situation qu’on vie (où on a vécu) dans la recherche.

    À très bientôt.

  • avril 18, 2018

    anne

    Outre l’article de Lourau sur implication et surimplication il y a un article de Monceau:

    Analyser ses implications dans l´institution scientifique : une voie alternative
    vous pouvez l’avoir sur :
    http://1libertaire.free.fr/Gilles%20Monceau01.html

  • avril 21, 2018

    anne

    Nous avons des pistes d’ animation, mais rien n’ est définitif. Si vous avez des idées , envie ou voulez proposer une situation où un texte , n’hésitez pas. Tout est ouvert.

  • avril 23, 2018

    Benedicte

    Bonjour,
    Avec beaucoup de retard (je m’en excuse, je n’avais pas bien compris le fonctionnement des commentaires…), je voudrais bien m’inscrire aussi pour cet atelier. Il m’intéresse beaucoup et est très en lien avec mon sujet de mémoire.

    Merci d’avance et à bientôt,
    Bénédicte, étudiante en M2 Sciences de l’Education, Limoges (et ergothérapeute).

  • avril 23, 2018

    anne

    super
    bienvenue

  • Bonjour à tous et à toutes,

    Je m’excuse aussi pour le retard. Dès que j’ái pu savoir de cet atelier j’en voulais participer. Je suis un doctorant à l’Université de São Paulo, j’étudie la dimension pédagogique du travail de l’enseignant-chercheur et je pense que discuter les implications devant la recherche (et aussi même je crois que cela touche beaucoup dans la manière où l’enseignement se deroule dans le supérieur) est très nécéssaire pour faire parler les institutions qui nous traverse aussi.

    À toute l’heure,
    José

Vous devez être connecté pour publier un commentaire